Le blog de Jacques Rigaut par Jean-Luc Bitton son biographe & Emma Rebato

eXTReMe Tracker

"Mon livre de chevet, c'est un revolver."


Ce blog est le livre "Debord" de mon travail en cours sur Jacques Rigaut,
un «work in progress», souvent méconnu, du biographe à l'oeuvre...
(Cette biographie paraîtra chez Denoël.)

Jean-Luc Bitton



:: 15.11.14 ::

Tirer sur le bambou
 



On trouvera dans l'excellente revue Books de novembre 2014, un non moins excellent dossier autour de la "Grande Faucheuse". A noter entre autres réjouissances, une investigation passionnante de plusieurs pages sur le suicide assisté, avec un portrait du fondateur de l'association Dignitas.


.

Autre curiosité : ce superbe court-métrage réalisé par Ode Bitton, la mère de l'actrice Aure Atika, dans lequel on peut voir le lettriste Gabriel Pomerand "tirer sur le bambou" avec un manifeste qui résonne comme celui d'Artaud sur le même sujet, paru dans La Révolution Surréaliste en 1925. On songe également au texte de Roger Gilbert-Lecomte "monsieur morphée empoisonneur public" paru dans la revue Bifur en 1929. On se souvient que Pomerand écrivit un très beau texte en juin 1948, dans la revue Psyché : "Trois suicidés significatifs : Jacques Vaché, Jacques Rigaut, René Crevel." Pomerand mettra lui-même fin à ses jours au début de l'été 1972. On espère une réédition de ses textes brûlants.


« Je lègue mon dernier cri d’agonie aux écrivains qui depuis des années agonisent afin qu’ils apprennent à se taire pour toujours. Je lègue toutes mes danses dorénavant disponibles aux filles laides qui au cours des bals restent dans les coins et ne sont jamais invitées par personnes. Je lègue ma bonté à mes ennemis afin qu’ils la transmettent aux leurs. (…) » (Gabriel Pomerand, Le testament d’un acquitté, 1951








JLB - 15.11.14


:: 6.11.14 ::

6 novembre 1929
 




Tombe de Jacques Rigaut au cimetière de Montmartre le 6 novembre 2014. On me demande souvent l'emplacement exact de la tombe de Rigaut, le voici : 32ème division. Ligne : Avenue Saint-Charles. N° 17. 446P 1841


JLB - 6.11.14


:: 2.11.14 ::

Pierre Daix (24 mai 1922 - 2 novembre 2014)
 



Pierre Daix, lors du procès David Rousset en 1951 @AFP


"Cher Monsieur,

J'ai reçu votre lettre à mon retour à Paris. Je ne puis malheureusement guère vous aider parce que je ne sais rien d'autre sur Jacques Rigaut que ce que j'en ai écrit. Pour le 42 rue Fontaine, il me semble que l'information m'est venue par Loleh Bellon qui a occupé plus tard cet appartement. Je serai très peu à Paris cet été, mais je lis mes e-mails. Bien à vous. Pierre Daix"


JLB - 2.11.14


:: 29.10.14 ::

Dolhéance
 



Michel Ohl (5 décembre 1946 - 20 octobre 2014)

" (...) Michel Ohl a aussi des parrains parmi « les suicidés de la société » tels Arthur Cravan, Jacques Vaché, René Crevel, André Frédérique, Jacques Rigaut (« Il ne s'est jamais rien passé ; c'est une maladie de la mémoire ») et d'autres, plus paisibles, comme Renan, Larbaud, Borges, Arland, Paulhan, Gide, Schwob pour ne pas redire Pia et Sigaux ou encore Albert Thibaudet, Jean Pommier, René Dumesnil, Kléber Haedens, Jean Gaulmier, Hubert Juin... La caste de ceux qui ont tout lu est la sienne. (...)" (Louis Nucéra, Mes ports d'attache, Grasset, 1994)

La suite ICI 



JLB - 29.10.14


:: 14.10.14 ::

Automne
 




Nous avions lu avec intérêt les deux premiers livres d'Oscar Coop-Phane. En 2012, nous étions au café de Flore pour le féliciter d'avoir remporté le prix germanopratin avec Zénith-Hôtel publié chez Finitude.  Les agapes s'étaient prolongées au Zelda, un bar de la rue Bichat où le jeune auteur (24 ans à l'époque) officiait comme barman. Il nous avait confié qu'il préparait une adaptation contemporaine du roman de Drieu, Le Feu follet. Nous l'avions encouragé dans ce projet louable mais risqué. Le temps est passé, Oscar a quitté Paris pour Londres, puis Bruxelles. Nous avions oublié, quand les éditions Finitude ont eu l'amabilité de nous faire parvenir un exemplaire d'Octobre, avec son facétieux achevé d'imprimer : "C'est à la fin de l'été deux mille quatorze que "Octobre" a été achevé d'imprimer par l'imprimerie Floch à Mayenne, comme pour annoncer que la fête était finie." Il est curieux de constater que tout ce qui touche de très près à Jacques Rigaut, relève du miraculeux. Drieu a écrit son meilleur roman avec Le Feu follet, Louis Malle a réalisé son plus beau film, comme Joachim Trier avec son Oslo, 31 aout, autre adaptation cinématographique remarquable du roman éponyme de Drieu, et enfin Oscar Coop-Phane avec Octobre a réussi la gageure de revisiter le roman de Drieu sans être vampirisé par l'œuvre originale. C'est son livre le plus ambitieux et le plus abouti. Le plus touchant aussi. Le personnage principal d'Octobre s'appelle Jacques, un velléitaire et aboulique qui traîne son désœuvrement dans les rues de Paris. Un Jacques Rigaut bovien qui dérive dans une ville froide et déshumanisée. Jacques tente en vain d'écrire un traité du désespoir, de trouver une rédemption dans l'écriture. Il retourne alors s'asseoir aux terrasses des cafés pour regarder les autre vivre. Son esprit vagabonde dans la nostalgie des moments heureux et insouciants : cette maison à Majorque, à l'ombre des vignes suspendues, l'odeur des citronniers du jardin au soleil couchant, la chaleur d'un été qui ne finit jamais. Ce bonheur obsolète disparaît pour laisser la place à une chambre froide et humide où Jacques vit reclus, entouré de ses collections de babioles qui n'arrivent plus à combler ce vide qui se creuse en lui. Après une nuit d'un sommeil réparateur, une douche, une chemise blanche, un costume, un petit-déjeuner consistant, puis allongé sur le lit, le regard au plafond. Quelques frissons et c'est terminé.

Extrait : "Jacques avait voulu la gloire, les chambres des palaces, les plus belles femmes, les liasses et les lingots que l'on planque dans les coffres, derrière des tableaux. S'extraire de l'humanité en la surplombant. Puisque l'on s'emmerdait ferme dans la vie, la solution devait être ailleurs, dans les hautes sphères, quand le Ruinart vous colle à la peau, que les jambes des filles s'allongent à en crever. Ce n'était pas un fantasme de richesse, plutôt quelque chose d'aristocratique jusque dans la déchéance."







JLB - 14.10.14


:: 11.9.14 ::

6, Minetta Street
 



En août 1924, Jacques Rigaut vivait au 6, Minetta Street, dans le quartier de
Greenwich Village à New York. En 2011, un groupe de rock indépendant The Forms filme un clip de leur chanson "Fire to the Ground" à l'intersection de Minetta Street et Minetta Lane.


JLB - 11.9.14


:: 7.9.14 ::

"La vie ne vaut pas qu’on se donne la peine de la quitter." JACQUES RIGAUT
 




Quelque 800.000 personnes se suicident chaque année dans le monde, soit une toutes les 40 secondes et davantage que les victimes de guerre ou de catastrophes naturelles, selon l'OMS, qui juge "inacceptable" l'ampleur du phénomène. La majorité des personnes qui se suicident ont plus de 50 ans et le suicide touche deux fois plus d'hommes que de femmes, selon ce rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié jeudi à Genève, le premier du genre.


 L'Asie du sud-est est également plus touchée que le reste de la planète, à l'inverse de pays à tradition catholique comme l'Italie. Quelque 1,5 million de personnes meurent chaque année de mort violente, dont 800.000 de suicide, expliquent les auteurs du rapport. Ce chiffre de 800.000 est "inacceptable", car le suicide peut être "évité" par une politique de prévention, a déclaré le Dr Shekar Saxena, directeur du département de santé mentale à l'OMS, en présentant le rapport à la presse jeudi à Genève.


 En outre, ce rapport souligne que le suicide est la 2e cause de mortalité chez les jeunes âgés de 15 à 29 ans. L'absorption de pesticides, la pendaison et les armes à feu sont les méthodes de suicides les plus répandues.


 FRANCE. Dans l'Hexagone, en 2012, 10.093 personnes se sont suicidées, dont 7.475 hommes et 2.618 femmes. Le taux de suicide est de 12,3 pour 100.000 habitants, supérieur à la moyenne mondiale de 11,4. Il faut agir pour répondre à un grave problème de santé publique resté trop longtemps tabou", selon la directrice générale de l'OMS Margaret Chan, qui souligne également que cet acte désespéré est "évitable".

 L'agence de l'ONU prône en effet une stratégie globale de prévention du suicide, car beaucoup de personnes qui ont attenté à leur vie ne reçoivent pas l'aide dont ils auraient besoin. Le taux de suicide le plus élevé est en Asie du sud-est, avec un taux de suicide de 17,7 pour 100.000 habitants, supérieur à la moyenne mondiale de 11,4 pour 100.000. En Europe aussi, le taux de suicide (12%) est plus élevé que la moyenne mondiale, avec 35.000 victimes recensées.

 Six pays européens sont parmi les 20 pays les plus touchés par ce fléau. Le Bélarus a le taux le plus élevé en Europe (35,5%). Il est suivi par la Lituanie (28,2), la Russie (19,5), la Hongrie (19,1), l'Ukraine (16,8), la Pologne (16,6), la Lettonie (16,2), la Finlande (14,8), et la Belgique (14,2). Dans des pays à tradition catholique comme l'Italie (4,7) et l'Espagne (5,1), les taux sont nettement plus bas.


 Le Guyana affiche le record mondial des suicides avec un taux de 44,2, suivi par la Corée du Nord (38,5). Le taux de suicide le plus bas a été relevé en Arabie saoudite (0,4). L'objectif de la stratégie de l'OMS est de réduire de 10% le taux de suicide dans l'ensemble des pays d'ici 2020.

 Selon l'OMS, le suicide et ses tentatives sont encore considérés comme des actes criminels dans 25 pays dans le monde, notamment en Afrique et en Amérique Latine. Ce rapport de près de 100 pages a pour but d'encourager les pays qui ont pris des mesures pour prévenir le suicide, et à placer cette question "à l'ordre du jour".

 Selon l'OMS, "des interventions et un traitement efficaces et opportuns, peuvent contribuer à prévenir le suicide et les tentatives de suicide".

 L'OMS a aussi dénoncé dans ce rapport la présentation "sensationnaliste" par les médias de suicides de personnalités célèbres. Les médias, a estimé l'experte de l'OMS le Dr Alexandra Fleischmann, devraient éviter de parler de "suicide", et privilégier le terme de "perte".


 Le professeur Ella Arensman, présidente de l'association internationale sur la prévention du suicide, a indiqué pour sa part avoir reçu plusieurs mails après la couverture médiatique du suicide de l'acteur Robin Williams de personnes qui avaient traversé des crises suicidaires et qui étaient en train de replonger.


 Le rapport de l'OMS n'étudie pas la question du suicide assisté, comme la Suisse l'autorise. "C'est un phénomène trop faible sur le plan statistique pour être inclus dans l'étude", selon le Dr Saxena. En Suisse, il y a eu l'an dernier 350 suicides assistés, via des organisations ad-hoc comme Dignitas et Exit. Le taux de suicide dans ce pays, hors les suicides assistés, est de 12,2 pour 100.000 habitants.

SOURCE : Science & Avenir, AFP.

LE RAPPORT COMPLET DE l'OMS EN LIGNE 


JLB - 7.9.14

 

Boutique DADA

Archives Rigaut

02/2005
03/2005
04/2005
05/2005
06/2005
07/2005
08/2005
09/2005
10/2005
11/2005
12/2005
01/2006
02/2006
03/2006
04/2006
05/2006
06/2006
07/2006
08/2006
09/2006
10/2006
11/2006
12/2006
01/2007
02/2007
03/2007
04/2007
05/2007
06/2007
07/2007
08/2007
09/2007
10/2007
11/2007
12/2007
01/2008
02/2008
03/2008
04/2008
05/2008
06/2008
07/2008
08/2008
09/2008
10/2008
11/2008
12/2008
01/2009
02/2009
03/2009
04/2009
05/2009
06/2009
07/2009
08/2009
09/2009
10/2009
11/2009
12/2009
01/2010
02/2010
03/2010
04/2010
05/2010
06/2010
07/2010
08/2010
09/2010
10/2010
11/2010
12/2010
01/2011
02/2011
03/2011
04/2011
05/2011
06/2011
07/2011
08/2011
09/2011
10/2011
11/2011
12/2011
01/2012
02/2012
03/2012
04/2012
05/2012
06/2012
07/2012
08/2012
09/2012
10/2012
11/2012
12/2012
01/2013
02/2013
03/2013
04/2013
05/2013
06/2013
07/2013
08/2013
09/2013
10/2013
11/2013
12/2013
01/2014
02/2014
03/2014
04/2014
05/2014
07/2014
08/2014
09/2014
10/2014
11/2014

 

 

Autre site du même auteur :

Emmanuel Bove,
la vie comme
une ombre

 

  

 

 

 

 

Powered by Blogger

 

Webdesign Emma Rebato - 2005