Le blog de Jacques Rigaut par Jean-Luc Bitton son biographe & Emma Rebato

eXTReMe Tracker

"Mon livre de chevet, c'est un revolver."


Ce blog est le livre "Debord" de mon travail en cours sur Jacques Rigaut,
un «work in progress», souvent méconnu, du biographe à l'oeuvre...
(Cette biographie paraîtra chez Denoël.)

Jean-Luc Bitton



:: 19.3.15 ::

Va chier le pohète!
 



Comme toutes les autres années, Jacques Vaché a refusé toutes les séances de signatures du salon du livre. En revanche, ses lecteurs pourront le retrouver le samedi 21 mars 2015 entre 16h et 17h sur France Culture.


JLB - 19.3.15


:: 8.3.15 ::

Paillettes
 




En lisant le dernier roman de Franck Maubert, inspiré par la vie du peintre Robert Malaval, on se dit que la figure flamboyante de cet artiste maudit, suicidé à 43 ans par balle en aout 1980, est l'antithèse de Jeff Koons l'artiste glorifié et surestimé par le marché de l'art et ses acteurs. Peu de temps avant sa mort, Malaval le visionnaire faisait cette confidence à son ami : "Depuis, une vingtaine d'années, il y a eu une spéculation sur l'art, une telle aberration dans la manière dont il est perçu que tout le monde s'en perverti, moi compris. Je ressens maintenant un véritable dégoût de cela." Notre époque donne malheureusement raison à ce dégoût. On peut se consoler en pensant que la bulle spéculative gonflée artificiellement du marché de l'art finira par imploser, comme fondent les muscles hypertrophiés d'un bodybuilder qui cesse de s'injecter des stéroïdes. Le choix d'une mort volontaire aura permis à Malaval de ne pas voir cette pieuvre internationale que sont devenus l'art et son marché. Des centaines de toiles de Damien Hirst et d'autres artistes dorment dans les ports francs de Genève et du Luxembourg, une surproduction d'œuvres en attente d'opportunités spéculatives. Un marché de l'art très hypocrite qui brasse des sommes colossales sans se soucier de la provenance de l'argent. Une omerta, dont l'anonymat est la règle, respectée par tous les acteurs de ce marché gangréné aujourd'hui par les mafieux de tout bord. Franck Maubert rencontre le peintre en 1976, l'année de la sécheresse. Une amitié naît dans un Paris caniculaire, entre l'insouciance de la fin des années 70 et les paillettes des années 80 dont le peintre fera sa signature. Maubert raconte le grand œuvre du peintre : ses "Aliments blancs" qui le font connaître, mais qui ne se vendent pas. Robert Malaval passe alors ses journées dans son atelier-bunker, fenêtres fermées, devant ses toiles blanches sur lesquelles ils jettent des poignées de paillettes, à s'abrutir de joints et de bières (Paulaner) coupées à l'alcool à 90, en écoutant sur son Revox 24 pistes, des sons de nature et les guitares saturées des Stooges. Pour Malaval, la peinture doit être un geste. Dans sa chronique de Libération, Pacadis évoque les vernissages mouvementés des expositions du peintre, mais qui restent des fiascos commerciaux. Galeristes et marchands se détournent définitivement de l'artiste. La banlieue bétonnée de "Créteil-Soleil" sera le champ du cygne du peintre. Au début de l'été 80, il peint une quarantaine de tableaux, dans une fosse du centre culturel de Créteil, sous les yeux des spectateurs et des passants, des grands formats réalisés dans la fureur. Les badauds l'insultent, il les bombarde de peinture, leur jette au visage ses pinceaux. Le combat désespéré du taureau dans les arènes face aux picadors qui l'encerclent, avant l'estocade finale. Un de ses derniers tableaux s'intitule Massacre à Créteil. Epuisé par cette performance inhumaine, le peintre s'enferme dans son bunker parisien. La première semaine du mois d'aout, il se tire une balle de 22 long rifle dans la bouche. La police trouve le mot "MAINTENANT" scotché sur la porte, hommage au poète-boxeur Arthur Cravan. Un disque tourne en boucle sur la platine, Blank Generation de Richard Hell and the Voidoids. Un dernier message écrit à la hâte laissé en évidence : " "Je leur souhaite de continuer dans la merde qui est notre monde. A part ça je me considère comme assassiné par "eux" et qu'ils continuent leur cirque stupide et qu'ils vivent leur minable réalité. (…) Pardon à mes rares amis et j'espère ne pas me rater car les suicides au secours me dégoûtent. J'ai pas envie de mettre le moindre ordre dans mes affaires. J'en ai rien à foutre et je vous emmerde tous." La dépouille du peintre sera convoyée dans une DS 21 jusqu'à Nice par son fils qui pour ce dernier voyage a préparé une cassette avec des morceaux des Stones, de Dylan et de Ry Cooder. Puis, l'inhumation en catimini au cimetière de Caucade face à la mer, à l'ombre des palmiers et des eucalyptus. Le cercueil s'enfonce dans la terre, recouvert de paillettes multicolores.

EXTRAIT :

"Arrivé à mi-pont, Aragon se retourna sur nous. A sa hauteur, une voix, sa voix fragile, presque un murmure : "Bonsoir, les garçons." Un silence. Il donnait l'air de nous examiner, l'œil clair aux aguets. Son écharpe et son feutre aux larges bords me firent penser à l'image de Bruant par Toulouse-Lautrec. Robert et moi restâmes un moment interloqués. Et Robert, comme un gamin, je ne l'avais jamais vu ainsi : -Bonsoir, monsieur. Il nous observait encore. Sa voix douce, étouffée : - Vous ne viendriez pas chez moi, ce n'est pas très loin? Il attendait une réponse qui ne venait pas. (…) Il poursuivit : -J'habite rue de Varenne… Ce n'est pas très loin… Je restai interdit. Et d'une voix aigrelette, presque d'outre-tombe : -Vous aurez tout ce que vous voulez. Vous voulez quoi? De l'argent? J'ai de l'argent!, en portant sa main droite à la hauteur de son cœur. Un fort coup de vent faillit emporter son chapeau. Je le rattrapai. -Hein, alors, vous venez…, la voix traînante. Et là, moi qui n'avais encore rien dit, sortit de ma bouche : -Non, merci monsieur Aragon. (…) Le vieil homme tourna brutalement les talons et d'une tessiture qui tremblait : - Ils m'ont reconnu, ils m'ont reconnu…"


Visible la nuit, Franck Maubert, Fayard, 2014. 




JLB - 8.3.15


:: 27.2.15 ::

La belle échappée
 




Le film de Valérie Minetto consacré à Annie Le Brun s'ouvre sur une citation de Jacques Rigaut : "Penser est une besogne de pauvres, une misérable revanche." C'est Annie Le Brun elle-même qui cite Rigaut. L'auteur de Soudain un bloc d'abîme, Sade évoque J.R. à plusieurs reprises dans son oeuvre et ses entretiens. Entre autres, dans son livre Si rien avait une forme, ce serait cela :""Une lettre m'est d'autant plus sûrement adressée que mon adresse n'y figure pas", a t-on trouvé dans les papiers posthumes de Jacques Rigaut, suicidé au début du XXe siècle." (Gallimard, 2010,  p. 29)     Le film de Valérie Minetto sera projeté au cinéma Saint-André-des-arts, à partir du 29 avril 2015.



 


JLB - 27.2.15


:: 24.2.15 ::

Cigare
 



Vous allez enfin savoir si Dutronc est un anar de droite.
Dans toutes les (bonnes) librairies, à partir du 4 mars.


JLB - 24.2.15


:: 9.1.15 ::

L'ami Américain
 



JLB - 9.1.15


:: 8.1.15 ::

Bonjour tristesse
 

@DAVE BROWN


JLB - 8.1.15


:: 31.12.14 ::

Bonus
 

.

Dans le bonus du DVD du Feu follet édité en 2006 par Arte Vidéo, on trouvait une interview de votre serviteur (Jacques Rigaut, histoire vraie d'un feu follet), mais aussi un passionnant documentaire de Noël Simsolo (Jusqu'au 23 juillet). Le voici en cadeau de fin d'année. Bon réveillon à tous. "Le jour se lève, ça vous apprendra." (Jacques Rigaut)


JLB - 31.12.14

 

Boutique DADA

Archives Rigaut

02/2005
03/2005
04/2005
05/2005
06/2005
07/2005
08/2005
09/2005
10/2005
11/2005
12/2005
01/2006
02/2006
03/2006
04/2006
05/2006
06/2006
07/2006
08/2006
09/2006
10/2006
11/2006
12/2006
01/2007
02/2007
03/2007
04/2007
05/2007
06/2007
07/2007
08/2007
09/2007
10/2007
11/2007
12/2007
01/2008
02/2008
03/2008
04/2008
05/2008
06/2008
07/2008
08/2008
09/2008
10/2008
11/2008
12/2008
01/2009
02/2009
03/2009
04/2009
05/2009
06/2009
07/2009
08/2009
09/2009
10/2009
11/2009
12/2009
01/2010
02/2010
03/2010
04/2010
05/2010
06/2010
07/2010
08/2010
09/2010
10/2010
11/2010
12/2010
01/2011
02/2011
03/2011
04/2011
05/2011
06/2011
07/2011
08/2011
09/2011
10/2011
11/2011
12/2011
01/2012
02/2012
03/2012
04/2012
05/2012
06/2012
07/2012
08/2012
09/2012
10/2012
11/2012
12/2012
01/2013
02/2013
03/2013
04/2013
05/2013
06/2013
07/2013
08/2013
09/2013
10/2013
11/2013
12/2013
01/2014
02/2014
03/2014
04/2014
05/2014
07/2014
08/2014
09/2014
10/2014
11/2014
12/2014
01/2015
02/2015
03/2015

 

 

Autre site du même auteur :

Emmanuel Bove,
la vie comme
une ombre

 

  

 

 

 

 

Powered by Blogger

 

Webdesign Emma Rebato - 2005