25.1.24

Génies

 


Les éditions Séguier, toujours au top, publient en français les mémoires de Robert McAlmon (1895-1956), poète, écrivain, critique et éditeur américain. Il fut l’une des principales figures des expatriés américains à Paris. Il aide James Joyce à écrire Ulysses et sera le premier éditeur de Hemingway. Ami de Kiki et de Man Ray, il fréquente Rigaut à Montparnasse qu’il évoque dans ses souvenirs "Being Geniuses Together" publiés en 1938. Au début des années 50, il se retire à Desert Hot Springs (Californie) où il meurt en 1956, oublié de tous. On redécouvre aujourd’hui son rôle influent de passeur et son œuvre littéraire remarquable. En 2017, Maud Simonnot lui a consacré un émouvant portrait "La nuit pour adresse", paru chez Gallimard. 

 "Bande de génies » est disponible aujourd’hui dans toutes les (bonnes) librairies.  Le livre de 460 pages dispose d’un index au name dropping vertigineux… Rigaut en fait partie. Curieusement dans cette première édition VF, apparaissent des lignes inédites sur Rigaut que je n’avais pas trouvées dans le livre que j’avais à ma disposition qui était la deuxième édition américaine de ces mémoires parue en 1984. Les éditions Séguier ont travaillé avec la première édition parue en 1938 dont ils ont pourtant retranché certains passages, ce qui signifie que l’édition de 1938 était plus complète que celle de 1984 qui mentionnait bizarrement des ajouts au texte original. Encore une énigme à résoudre. 

Voici les passages inédits sur Rigaut qui sont formidables : «  Lorsque j’appris le suicide de  Jacques Rigaut, j’eus l’impression que ce qui était arrivé était parfaitement naturel. Il avait écrit quelques fragments de textes et était d’une certaine manière allié aux dadaïstes ou aux surréalistes, mais il s’en fichait. C’était un parfait dandy, un dilettante, un mondain, mais il était intelligent et, comme Drieu la Rochelle l’a écrit, c’était une valise vide. Il avait du charme, mais charriait une tristesse et un désespoir effrénés. Je fis un jour avec lui le trajet de Paris à Rouen en voiture, et il conduisait comme s’il cherchait à finir en bouillie. Il voulait avoir des histoires d’amour avec des femmes élégantes, belles, d’un certain renom ou bien célèbres qui avaient une carrière, un passé. Hormis, cela la vie n’avait pas l’air de l’intéresser. Du fait de quelque affinité, lui et moi nous nous entendions très bien et je l’appréciais beaucoup, de même que lui m’appréciait. Mais il ne manquait pas de me déconcerter. Il prenait rendez-vous pour le déjeuner ou le dîner en m’expliquant qu’il avait quelque chose à m’annoncer, et quand il me disait la chose en question, cela avait trait au passé, et ni lui ni moi ne pouvions plus rien y faire. Plusieurs années avant que je fasse sa connaissance, il était sorti un soir avec un ami très riche, auquel il avait subtilisé deux mille francs. Le vol n’avait pas échappé à l’ami, mais celui-ci n’avait rien dit ; puis, plusieurs années plus tard, le père de Rigaut entendit parler du larçin et remboursa l’argent. Rigaut était censé partir pour l’Amérique et entamer une nouvelle vie. Il ne voulait pas y aller et, en me quittant ce jour-là, il me dit : « Ne me méprise pas, quoi qu’on te dise que j’ai fait, d’accord ? » Mais, si je croyais son ton, ce n’était pas si important que cela pour lui. En tout cas, ce ne le fut absolument pas pour moi. Je l’appréciais, je me moquais bien de sa morale, ou de son comportement, parce que mon affection pour lui était totalement informelle. Il s’était marié, mais ça n’avait pas duré. Il fumait de l’opium ou le prenait en confiture, tout en déclarant que cela ne lui procurait pas beaucoup de sensations. Une nuit, après avoir fait un tour en ville avec quelques amis, il rentra au sanatorium où il séjournait pour soigner sa dépendance à l’opium. Là, il s’assit confortablement sur une chaise longue, en s’étendant sur quelques coussins, et se tira une balle dans le cœur. Ce fut une mort facile. Quand d’autres de ses amis se lamentèrent sur son suicide, je ne pus les imiter. Impossible pour lui d’affronter la vieillesse, la pauvreté, le fait de ne plus être un dandy et, pour l’homme à femmes qu’il était, de devenir de moins en moins désirable. Il était tout simplement dépourvu de ces impulsions à vivre ou à agir qui animent certaines personnes. Souvent, je me demande si ce ne sont pas les gens de ce genre  qui sont vulnérables à la drogue, car parmi ceux que j’ai connus et qui en ont consommé et souvent pendant assez longtemps, seuls quelques-uns  restent véritablement dépendants ou en gardent une envie irréfrénable. Lui n’avait pas cet irrépressible désir d’opium, du moins c’est ce qu’il prétendait; il voulait  seulement ne pas à avoir à affronter la réalité morose de l’ordinaire. »   

19.1.24

Rigaut à Stan


« C’est comme ça et vous emmerde. » (Jacques Rigaut)


"Après la classe de cinquième, la plupart des élèves de Montaigne allaient au lycée Louis-le-Grand pour continuer leur scolarité. Georges Rigaut en décide autrement, rien n’est trop beau pour son fils cadet sur lequel il mise beaucoup. Il l’inscrit au très réputé mais austère collège Stanislas dont l’entrée donne sur la paisible rue Notre-Dame-des-Champs. Une lecture du règlement résume l’esprit du collège : "La discipline s’appuie sur le respect de l’autorité et le sentiment du devoir. Elle emprunte sa force au principe chrétien qui grandit la soumission, en nous montrant dans le maître un délégué de Dieu lui-même. […]" À la chapelle, au réfectoire, en promenade et aux réunions générales, les élèves portent la tunique boutonnée et le ceinturon. Ils ont, en promenade et aux sorties, les gants d’uniforme et le képi. Ils y ajoutent, en hiver, le pardessus d’uniforme boutonné . Le père est si fier de son fils en uniforme qu’il lui demande de le porter quand ils se promènent ensemble. Peu sensible au prestige de la tenue de son collège, Jacques Rigaut exige que son père lui donne cent sous avant d’endosser l’inconfortable costume de drap bleu. Rigaut a bientôt treize ans, quand il entre à « Stan », début octobre 1911, dans la classe de quatrième, section bleue. (…) Le 2 octobre 1912, Jacques Rigaut entre en troisième, section rose. Il a dû croiser cette année-là dans les couloirs ou la cour de récréation du collège, le psychanalyste Jacques Lacan, qui se trouve en cinquième verte  » (Jacques Rigaut, le suicidé magnifique, Gallimard 2019) Photo de classe collège Stanislas année scolaire 1911-1912. Sauriez-vous identifier le petit Jacques Rigaut? 

12.1.24

Chez J.J.S.

 






“Désormais les Rolling Stones ne sont plus cinq mais six: cinq + un cadavre, ils se sont enrichis d’un grand vide. Un accident de plus pour eux et depuis que Brian Jones est mort ils ont encore embelli puisque la beauté est une somme d’accidents.” ( Jean-Jacques Schuhl, Rose poussière

Lors du service de presse de ma biographie de Rigaut, j’avais demandé qu’on envoie un exemplaire à l’écrivain Jean-Jacques Schuhl, puisque je l’évoquais comme celui qui avait fait découvrir Rigaut à son ami Jean Eustache. Ma demande n’avait pas été prise en compte. Les années ont passé et je m’étais toujours promis de lui remettre cet exemplaire en main propre. C’est chose faite. J’en ai profité pour me faire dédicacer son premier livre Rose poussière dont il remet le manuscrit chez Gallimard en 1972 sans connaître personne. Georges Lambrichs qui dirigeait la collection "Le Chemin" l’appelle, enthousiaste. Au comité de lecture, Raymond Queneau défend le livre contre Claude Roy qui n’en voulait pas. On connaît la suite, le livre deviendra culte comme son auteur. Durant notre conversation, JJS évoque Rigaut, Eustache mais aussi Frédéric Berthet : “L’univers de Berthet, ce n’est pas noir; c’est bleu nuit plutôt. Et tendre également, comme la nuit.”  Lorsque j'évoque la carte à jouer et l’enveloppe Lord Patchogue envoyée à l’adresse new-yorkaise de J.R., deux objets trouvés dans les papiers de Rigaut après son suicide, l’auteur de Rose poussière s’est écrié : « ce sont des objets magiques ! » Effectivement, ces deux reliques sont « chargées » du pouvoir de leur ancien propriétaire. On rappellera que Jacques Rigaut dans une villa d’Oyster Bay sur Long Island, un dimanche de juillet 1924, en jouant seul à une réussite et posant une carte l’une sur l’autre, image métaphorique du changement d’identité, devient Lord Patchogue, puis relevant la tête et apercevant son reflet dans un miroir, se jette dans ce dernier pour le briser. En traversant le miroir Lord Patchogue tue Jacques Rigaut, un meurtre-suicide qui préfigure le destin tragique du poète. Ces reliques ont été magnifiquement encadrées par Édouard de l’Atelier Demi-Teinte, qui avait exposé dans sa vitrine la carte à jouer, plusieurs personnes sont entrées dans sa boutique pour poser des questions sur cette carte. Magique!

P.S. : Ce soir à la maison de la Poésie, soirée hommage à Daniel Darc avec un concert de Frédéric Lo.
Je vous souhaite évidemment the best pour 2024...













19.12.23

Drieu à l'encan

 



Vente aux enchères à Drouot le 15 décembre 2023 des archives de Pierre Drieu la Rochelle dont le manuscrit du roman Le Feu follet et celui du texte Adieu à Gonzague, le mea culpa ambigu de Drieu à son ami Jacques Rigaut. La vente a été organisée par la maison Tessier & Sarrou. Lors de la vente, la BNF a préempté uniquement les archives liées à la collaboration, sans se soucier de préserver l'oeuvre littéraire. Consternant.

Préface au catalogue de la vente par Julien Hervier 


Cette vente à Drouot rassemble la totalité des archives encore en possession de Brigitte Drieu la Rochelle le 8 juin 2023, au moment de son décès ; après le suicide de Pierre Drieu la Rochelle en 1945, une autre partie de ses archives a été malheureusement détruite dans l’incendie du garde-meubles où elle était stockée en attendant le retour en France de son frère Jean, alors architecte en Afrique du Nord. L’ampleur de cette vente suffit cependant déjà à établir l’importance de la place occupée par Drieu dans la vie littéraire française de l’Entre- deux guerres et de l’Occupation.
Ecrivain majeur, auteur de chefs d’œuvres reconnus comme La Comédie de Charleroi, Le Feu follet, Gilles, L’Homme à cheval, Mémoires de Dirk Raspe, Récit secret, Drieu a connu en 2012 la consécration d’une publication d’un large choix de ses romans et nouvelles dans la prestigieuse collection de la Pléiade, tandis qu’un dense volume de la collection Bouquins achevait en 2022 la réédition complète des romans. Drieu souffre cependant d’une mauvaise réputation politique qui l’empêche d’être apprécié à sa juste valeur en tant qu’écrivain, du fait de son engagement dans la collaboration, quand il a accepté de faire reparaître en décembre 1940, sous sa direction, La Nouvelle Revue Française, avec l’autorisation des autorités allemandes d’occupation. Il interrompra en juin 1943 cette publication pour laquelle il avait béné cié de l’assistance du résistant Jean Paulhan qui y jouait à l’arrière-plan un rôle essentiel d’éminence grise.
Tôt reconnu comme écrivain pour ses poèmes de guerre (Interrogation, 1917), Drieu a été mêlé à tous les grands débats de son temps, et il en connaissait bien la plupart des protagonistes. Intéressé par Dada, très lié au milieu surréaliste, en particulier à travers son amitié avec Aragon qui se termina par une brouille célèbre, il était également proche de Gaston Gallimard et du groupe de La NRF dont il fut un constant collaborateur avant d’en prendre la direction. Malgré leurs divergences politiques, il était également lié par une amitié beaucoup plus solide avec Malraux qui lui resta  fidèle jusqu’à la  fin et joua un rôle important après sa mort dans la publication de ses inédits. La vente comporte un bel ensemble d’éditions originales de ses ouvrages, mais surtout un nombre important de manuscrits, ou de tapuscrits corrigés pour l‘impression, de plusieurs de ses romans dont certains n’ont pas encore fait l’objet d’une édition critique, ainsi que des manuscrits ou tapuscrits de nouvelles, d’essais et de dizaines d’articles, où  figure un certain nombre d’inédits. Il y a là de quoi fournir du travail à plusieurs équipes de chercheurs. De nombreux livres dédicacés à Drieu, parfois de façon très personnalisée, donnent une large vision de l’ampleur de ses amitiés littéraires et révèlent des admirations parfois inattendues (Aragon, Breton, Malraux, Cocteau, Berl, Duhamel, Montherlant etc.)
On y ajoutera l’importance des correspondances particulières : soit avec des intimes (Jean Drieu, Jean Boyer), soit avec des écrivains ou des artistes: Audiberti, Arland, Chardonne, Malraux, Mauriac, Paulhan, Jacques-Emile Blanche etc.

Julien HERVIER Germaniste, critique littéraire et professeur émérite de littérature aux Universités de Berlin et de Poitiers. Spécialiste mondialement reconnu de Drieu La Rochelle et Ernst Junger et rédacteur de plus de 10 ouvrages sur ces auteurs.


8.12.23

à mort

 


La vente des archives de l'écrivain Pierre Drieu la Rochelle aura lieu à Drouot, le vendredi 15 décembre 2023 à 14h, salle 2. Parmi les 374 lots, on trouve un document émouvant, un tract annonçant à Drieu sa condamnation à mort en date du 1er aout 1943. Ce document daté du 13 aout 1943 était dans les affaires de l'écrivain. Drieu reçut donc cette lettre à son domicile, elle est à rapprocher du testament que Drieu rédigera deux mois plus tard. L'écrivain se suicidera le 15 mars 1945. 

4.12.23

Annie & Jacques

Annie Le Brun et Jacques Rigaut à nouveau réunis dans la chronique de Frédéric Beigbeder (Le Figaro Magazine du 1er décembre 2023) 

 

19.11.23